Témoin de la destruction de son villageLors de la Naqba (catastrophe) en 1948 plus de 800 000 palestiniens ont été chassés de leurs villages et sont devenus des réfugiés souvent dans leur propre pays où ils vivent toujours aujourd’hui dans des camps plus de 60 ans plus tard. D’autres au nombre de 250 000 vivent dans des villages surtout dans le Nord d’Israël et la Galliée où ils occupent des maisons que les réfugiés ont dû quitter par la force. On compte ainsi 80 villages qui ne sont pas reconnus par l’Etat d’Israël et ne disposent d’aucun service public, ni d’eau, ni d’électricité. Des recours gagnés en Cour Suprême ont forcé l’Etat à reconnaitre une vingtaine de villages. Mais il en reste environ 60 non reconnus. D’autres villages n’ont pas eu la chance de rester debout et ont été détruits par l’armée quelques années après la Naqba. Israël interdit toujours à leurs habitants d’y revenir. Nous avons rencontré un témoin qui nous a expliqué sur les lieux mêmes que dans son village même la mosquée épargnée ne peut être entretenue ainsi que le cimetière où reposent leurs parents.